Vision

La nécessité d’une intervention spécifique

Actuellement, on observe sur le territoire bruxellois deux modes de travail de rue sous-tendus par des logiques d’approche différentes, mais qui toutefois n’atteignent pas le public des prostitués masculins : une logique de travail de rue reposant sur une base territoriale et qui, par essence, ne cible pas spécifiquement le public prostitué, non seulement en raison de l’approche non spécialisée des projets mais également étant donné l’absence de travailleurs de rue en soirée ou la nuit ; une logique de travail de rue ciblant des publics spécifiques ; toutefois aucun des  projets existants n’investigue les prostitués masculins, notamment en raison du manque d’expertise, d’outils et de ressources en la matière. Les asbl travaillant auprès des femmes prostituées touchent très rarement les hommes prostitués, notamment en raison de la partition des territoires de racolage.

L’expérience montre que le public prostitué masculin n’ose pas se rendre dans une structure généraliste au vu de la clandestinité et des tabous cumulés, tant en termes de vécu de la prostitution que de l’homosexualité. Ou s’il le fait, il cachera ses pratiques réelles.

Pour atteindre ce public, il est donc impératif de lui offrir des garanties absolues en matière de confidentialité, de fiabilité et de non-jugement de la part des professionnels de terrain.  En outre, l’accompagnement doit se faire au rythme et en s’adaptant à certaines caractéristiques du public : vécu dans l’urgence et la survie, difficulté à reconnaître la pratique prostitutionnelle, difficulté à consulter sur rendez-vous, difficulté à formaliser ce qui pose problème.

Pour toutes ces raisons également, il est très difficile, voire impossible en pratique, de mélanger l’offre pour ce public avec celle destinée à d’autres groupes cible (notamment médicale). De plus, pour être réellement accessible, l’offre doit être géographiquement proche du lieu de racolage du public.

Une offre médicale axée sur la prévention des IST et du VIH et sur l’accès aux soins est primordiale pour répondre aux besoins du public. De plus, aborder le public via le thème de la santé est un moyen de prise de contact qui a montré ses preuves et qui permet d’entreprendre ensuite d’autres démarches psychosociales plus globales.

Il est impératif de mener les actions au sein d’une même équipe et d’éviter le morcellement de l’intervention. Le « capital confiance » construit grâce au travail de rue garantit une pérennité du travail, tandis que la centralisation des actions assure la coordination d’une prise en charge globale des problématiques liées à la prostitution.

 

hidden text

 

hidden text

2013 Alias
Identity: Seb. Design: Whiteline. Development: DM.